Show Your Lifestyle : Magazine !

Hello tout le monde !
On se retrouve aujourd'hui, pour notre 28 ème édition de "Show Your Lifestyle". Pour celles qui ne sont pas au courant, je vous invite à visiter mon article ici. Pour voir la participation de Céline, c'est par là. Si tu veux voir mes participations coups de coeur aux autres SYL, voici la page Facebook Show Your LifeStyle.


Le thème : Magazines
Tout d'abord, merci à notre petite (grande) Cranky Cocktail pour cette proposition de thème :)
Il m'a vraiment inspiré, car je suis grande consommatrice de magazines.
Depuis plusieurs années maintenant, j'achète tous les mois le Cosmopolitan et le Biba. Grosse addict alors que globalement, il raconte la même chose dans les deux. Ce que j'aime, ce sont les petites histoires des lectrices et les sélections de produits !
Il y a un autre magazine que j'ai découvert récemment grâce à La Petite Bulle d'Elo. Il est vraiment différent de ce que l'on peut lire aussi bien dans le choix des thèmes que dans la rédaction ;)
Le dernier que j'ai lu, a eu un impact sur notre vie, suite à sa lecture Mr R s'est décidé quelques semaines après pour emménager ensemble =D

Comme vous pouvez le voir sur la photo, je garde mes magazines .... Mais pour quoi faire ???
Et bien voilà :
Je découpe toutes les petites phrases, petits mots, dessins, ... Ensuite, je m'en sers pour mon scrapbooking (pour l'instant c'est un peu au point mort, mais je compte m'y remettre très vite !!).
Je possède aussi un cahier d'inspi ! Dans les magazines, je découpe tout ce qui m'intéresse et je le colle dedans (ça fait un peu cahier wishlist aussi =D).

J'ai hâte de vous lire !!

Le thème du mercredi 29 mai : Indien
  • Un nail-art indien ?
  • Une recette indienne (avec épices, ....) ?
  • Des tissus indiens ?
  • Inspiration indienne ? (plumes, tipi, ....)
  • Le calumet de la paix ? .... Ok, je sors ! =D

Partager cet article :

LAISSER UN COMMENTAIRE

19 commentaires:

  1. coucou!! j'aurais bien voulu voir un joli scrap ^^
    en tous cas, je sais où piocher si je m'ennuie ^^
    Bisous à tout à l'heure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'as pas de soucis, tu passes quand tu veux ;)

      Supprimer
  2. ah ben là c'est en effet la Maison de la Presse grâce à toi ;o)
    Comme je le mettais sur le blog de EMotion Wizard, il y a aussi en magazine féminin : Causette ! http://www.causette.fr/
    Bon et je vous suis sur ce SYL sur ce thème, pour ma première fois :
    http://frederic.baylot.org/post/22513-magazine
    (héhéhé je ne sais pas si je dois mettre le lien ici ? tu me corrigeras)
    le prochain thème me parle bien, Salomé (Mauvgui) devinera mon inspiration très certainement
    chaleureusement
    Frédéric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entendu parler de Causette, il faut que je le prenne pour voir de quoi il retourne :)
      J'ai aussi découvert Paulette grâce à Céline !
      Hâte de voir votre participation de la semaine prochaine =D

      Supprimer
  3. Le thème du "néon vert" m'intéresse, bon ça fait un an que je vis avec mon chéri mais j'aimerais bien savoir ce qu'ils disent sur le sujet ! Si tu peux me le mettre de côté pour la rencontre en juin... ;)

    Lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésites pas à me le rappeler (petite tête !)

      Supprimer
  4. Oooooh, moi qui voulais juste lire un billet sur les magazines, je vois que tu me cites <3 C'est adorable, merci beaucoup <3 je vais relayer, tiens :) des bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour toutes les découvertes presse que j'ai pu faire grâce à toi ;)

      Supprimer
  5. Whaa j'adore ton idée de découper les titres pour le scrapbooking, c'est super sympa :D

    Je vois qu'on a Néon en commun, ça me fait plaisir !

    Bises :)

    RépondreSupprimer
  6. Coucou, ah tu fait du scrap ?
    j'aimerais bien m'y mettre moi aussi ^^.
    bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je suis en vacances surtout, car quand je m'y met c'est pour plusieurs jours de suite =D

      Supprimer
  7. Héhé ca fait un peu cahier de scrap dis donc :p
    Moi je suis plutot magazine de cuisine ou de scrap ! Ca depend du moment ^^

    RépondreSupprimer
  8. Plein d'idées avec tes magazines, je vais t'imiter pour le scrap ! Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Bon, comme d'habitude je n'ai rien compris, je vais cliquer sur les autres liens pour voir si je saisis mieux le but de la participation ;-) (j'aime beaucoup l'Inde)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le projet est mieux expliqué ici : http://www.bullelodie.com/p/projet.html

      Supprimer
  10. Bonjour Elodie,

    comme tu m'y as invitée je te laisse en commentaire ma participation au thème de l'Inde (texte sur le Taj Mahal)(évidemment, je ne peux pas mettre les photos dans le commentaire .... )

    Admirable, éblouissant, merveilleux, sublime, depuis des siècles poètes et voyageurs se répandent en louanges sur cette lumineuse perle de l’Inde dont la silhouette constitue l’emblème du pays. Le Taj Mahâl, l’édifice le plus beau, le plus romantique et le plus photographié du monde, reste le plus parfait jamais construit par l’Homme. A n’importe quelle heure du jour, à n’importe quelle époque de l’année, sa beauté est indescriptible. Mais bien plus qu’un magnifique mausolée de marbre blanc, le Taj Mahâl est un tragique chant d’amour.
    Ce chant commence comme un conte de fée un beau jour de 1608 lorsqu’au cours d’une fête au bazar royal, le prince Khurram, futur empereur Moghol de 16 ans, rencontre la jeune princesse Arjumand Banu Begam qui n’a que 15 ans. C’est un jour où les aristocrates du harem vont faire des emplettes, se mettant à la recherche de parfums, d’onguents et de soieries. Habituellement, les hommes n’ont pas le droit de venir dans le marché de Meena, c’est strictement interdit. S’ils se faisaient prendre, un bourreau leur trancherait les mains mais aussi les pieds. Mais certains jours exceptionnels comme ce jour-là, le marché de Meena ouvre ses portes à tout le monde, qu’on soit humble ou seigneur. Les courtisanes ordinairement très discrètes interpellent bruyamment les passants, la musique et les danses sont partout. De jeunes aristocrates font des joutes oratoires, celui qui trouvera la meilleure rime ou aura la meilleure répartie pour attirer l’attention des jeunes filles sera le grand gagnant. Le prince Khurram fait partie de ces derniers. En plus d’être très beau, il est promis à un grand avenir, puisqu’en tant que fils de Jahangir il deviendra le cinquième empereur Moghol sous le nom de Shah Jahan. En plus de ça il est talentueux, poète, courageux et bon guerrier. Bref. Un prince .. charmant !
    ......

    RépondreSupprimer
  11. suite du texte

    apparaît sous les yeux : la princesse Arjumand. Suspense. Y aura-t-il coup de foudre ?
    Il y a.
    Si bien qu’aussitôt Khurram demande à son père l’autorisation de l’épouser (Arjumand, pas son père). Las ! l’empereur a d’autres vues pour son fils et lui donne une épouse perse. Heureusement, dans sa grande mansuétude Allah a fait que la culture moghole est polygame ce qui veut dire que tous les espoirs restent permis. Au bout de cinq ans, cinq longues années à rêver de sa belle sans pouvoir la toucher, Khurram obtient enfin l’autorisation des astrologues du palais d’épouser la jeune fille. Elle devient sa troisième épouse, et pour que ce soit bien clair pour tout le monde qu’elle est sa chouchoute, Arjumand s’appellera dorénavant Mumtaz Mahal, "la préférée du palais".
    Dès lors les jeunes époux deviennent inséparables, tout empressés qu’ils sont de se prouver leur amour, tant et si bien qu’ils se retrouvent avec une ribambelle d’enfants.
    Le 4 février 1628, Khurram accède au trône Moghol et s’attribue le nom de Shah Jahan, signifiant littéralement : Roi du Monde (rôle repris avec brio par Leonardo di Caprio ;-)). Dans la foulée il réalise que le royaume a de gros, de très gros soucis, son père Jahangir s’étant essentiellement préoccupé de ses propres plaisirs au lieu de se soucier de son peuple (c’est pas une chose qui serait arrivée avec nos Rois de France, ça non !!!). Bref, Shah Jahan se retrouve avec un triste héritage. Il se console en allant faire des câlins à Mumtaz, si bien que lors de la campagne qu’il mène en 1630 contre le dissident Khan Jahal Lodi, la reine est enceinte jusqu’aux yeux de leur quatorzième enfant ..
    Si bien qu’il est en pleine bataille lorsqu’un messager vient lui annoncer la naissance du bébé, c’est une petite fille, en bonne santé ! Mais concernant sa chère et tendre, rien.. jusqu’au soir où d’autres messagers sont envoyés pour lui apprendre que Mumtaz Mahal est au plus mal et le réclame. Il se précipite à son chevet et ne la quitte plus jusqu’au moment où elle ferme les yeux pour l’éternité.
    Fou de chagrin, le veuf s’enferme huit jours dans ses chambres, ne faisant aucune apparition publique. Lorsqu’il en ressort, sa barbe et ses cheveux ont blanchi. L’affliction plonge Jahan et son empire dans un deuil tel que toutes les festivités sont annulées dans le royaume et toute musique proscrite.
    ............

    RépondreSupprimer
  12. fin du texte

    C’est alors que lui vient l’idée d’immortaliser son amour dans une fondation gigantesque qui accueillera la dépouille de sa bien-aimée. Il convoque l’architecte perse le plus célèbre, Usad Ahmad de Lahore, et pour le mettre « en condition », il fait assassiner sa femme. Ben oui, il veut qu’Usad ressente ce que ça fait de perdre l’être qu’on aime le plus au monde et qu’ainsi il soit en capacité de projeter sa douleur dans la construction de l’édifice.
    Immense est la peine, sublime est le chef-d’œuvre.
    Etonnant mariage de la culture perse et de la culture indienne, la conception du Taj Mahâl reflète un art nouveau, de style indo-islamique. La blancheur éblouissante du marbre représente l’amour intarissable et pur pour la douce princesse. La conception du jardin, basée sur des structures géométriques, elle, est typiquement perse. Du reste, les oiseaux qui se disputent les branches des arbres fruitiers ou des arbres à fleurs viennent de Perse ! La fleur, reproduite à l’infini sur le marbre, symbolise dans la culture islamique le paradis et cet ornement est présent sur toutes les marquetteries. Au centre des jardins, le mausolée trône sur une plate-forme de grès rouge. Le jardin charbah est aussi l’exemple le plus probant car chez les Musulmans, le chiffre quatre est le chiffre le plus saint, et la plupart des agencements sont conçus sur des multiples de quatre. Ainsi, à l’intérieur trouve-t-on deux sections de huit pièces octogonales entourant une pièce principale, octogonale elle aussi, où repose le corps de la souveraine. L’influence islamique se ressent également dans les arcs en ogive, dans la décoration, et surtout se révèle par les inscriptions calligraphiques que l’on retrouve sur le bâtiment principal et tout autour de la tombe de la souveraine, avec le nom d’Allah. Ce tombeau de soie est entouré de quatre minarets tournés vers l’extérieur. Au cas où des tremblements de terre surgiraient, la tour s’écroulerait à l’opposé de l’emplacement du tombeau. Les sujets peints qui s’étalent à l’infini sur le marbre blanc sont des motifs floraux, saluant et honorant la beauté de la reine immortelle. L’élévation d’une mosquée, enfin, dénote la présence profonde de l’âme musulmane. Mais les kiosques sur les toits, eux, rélèvent de l’art hindou : ce sont eux qui détiennent le secret du savoir-faire pour ce qui concerne la sculpture de la pierre dure.
    Le palais est conçu avec de nombreux joyaux de différentes couleurs qui se reflètent tout le long du jour et de la nuit, symbolisant les changements d’humeur et la souplesse de Mumtaz Mahal : des couleurs roses à l’aube, éclatantes de lueurs blanches à midi, dorées au coucher du soleil et mystérieuses durant la nuit, éclairées par les astres.
    Jahan a choisi de faire bâtir le Taj Mahâl dans Agra, de façon à pouvoir le voir depuis son palais personnel au fort d’Agra. Par ailleurs, il nourrit le projet de faire construire une réplique du Taj Mahâl en marbre noir juste en face de ce dernier, de l’autre côté de la rivière Yamuna, afin d’y être déposé à la fin de sa vie…
    Mais ses rêves seront brisés par son fils Aurangzeb qui, pour prendre le pouvoir, fait enfermer son père jusqu’à sa mort dans la prison du fort rouge, lui laissant pour seule consolation de pouvoir admirer le Taj Mahâl, tombeau de sa bien-aimée, où il sera finalement enterré, lui aussi, auprès de l'unique amour de sa vie.

    "Le Taj Mahâl s’élève,
    semblable à une larme posée sur la joue du Temps."

    Rabindranath Tagore

    RépondreSupprimer
  13. Moi aussi c'est Cosmo et Biba tous les mois et surtout pour les anecdotes ^^

    RépondreSupprimer

Hey !
Merci pour ton petit commentaire.
Reviens faire un petit tour, je réponds à tout le monde ;)